3ème dimanche de l’Avent C

« Et nous, que devons-nous faire ? » (Lc 3, 10-18)

Dimanche dernier, nous avons vu Jean-Baptiste parcourir toute la région du Jourdain, en proclamant un baptême de conversion et la préparation du chemin du Seigneur, car « Il vient ». L’attention fut attirée sur le Seigneur qui vient. Jean-Baptiste tenait constamment à focaliser l’attention de ce ceux qui l’écoutaient sur « Celui qui devrait venir », car lui ne fut pas le Messie, mais le précurseur. L’évangile d’aujourd’hui nous fait voir que sa proclamation n’a pas été improductive. Elle a porté du fruit. En effet, beaucoup sont venus le rejoindre pour recevoir le baptême de préparation : des foules, des publicains, des soldats.

Ces personnes qui sont venues recevoir le baptême, ont également exprimé à Jean leur volonté de s’engager, de prendre au sérieux la préparation du chemin du Seigneur. D’où leur question à Jean : « Que devons-nous faire ? » Soulignons que les différents groupes ont tous posé cette même question liée à l’agir : « Que faire ? ». Nous pouvons nous rappeler que « l’agir » est une expression fondamentale de la foi. Jésus n’avait – il pas déclaré que ce ne sont pas ceux qui disent « Seigneur ! Seigneur ! » qui entreront dans le Royaume, mais ceux qui font la volonté de son Père ? Pour Dieu, faire vaut mieux que dire.

La manière dont Jean-Baptiste répond aux différents groupes attire notre attention. Si tous ont posé la même question, les réponses sont toutefois différentes selon les groupes, elles sont fort personnalisées. Jean a invité les foules au partage : partager avec les nécessiteux, les collecteurs d’impôts (publicains) à l’honnêteté, les soldats à la non-violence et à la justice. À chaque groupe, sa réponse : une parole adaptée. Bien qu’elles soient distinctes d’un groupe à un autre, les différentes réponses ne manquent pas d’avoir un élément commun : elles renvoient toutes aux relations humaines. Il faut soigner les relations avec les autres. Le bien ou le tort fait à l’autre touche aussi Dieu.

L’invitation à préparer le chemin du Seigneur nous a aussi été adressée dimanche dernier. D’où cette question personnelle pour chacun de nous : « Et moi, que dois-je faire en ce temps de l’Avent pour préparer le chemin du Seigneur ? » L’attention est attirée aujourd’hui sur notre agir. Que dois-je faire pour m’ouvrir davantage à Dieu et aux autres ?  Qu’ai-je à changer personnellement pour améliorer mes relations avec les autres ?  Que dois-je faire pour partager la joie du Seigneur avec les autres ? », car ce troisième dimanche de l’Avent est appelé aussi « dimanche de la joie ». La 1ère et la 2ème lecture abordent ce thème de la joie.

Philibert Kiabelo

Les commentaires sont fermés.

WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :