5ème dimanche du Temps ordinaire / C

L’appel de Simon-Pierre 
« désormais ce sont des hommes que tu vas pêcher » (Lc 5, 1-11)

Jésus poursuit sa mission d’enseigner la parole de Dieu. Il s’y donne avec beaucoup d’engagement. Les foules se pressent à venir l’écouter. Sûrement que son enseignement est différent de celui des scribes et des pharisiens et que les personnes qui viennent l’écouter se sentent nourries, fortifiées, réconfortées par ses paroles. En effet, Dieu nous donne sa Parole afin de nous éclairer dans le quotidien de nos vies, de nous fortifier, de nourrir notre foi qui a besoin de grandir.

Après sa prédication, Jésus exprime à Pierre, le pêcheur des poissons, son désir de l’associer à sa mission : la pêche des hommes. « Désormais ce sont des hommes que tu prendras ». Tu les feras sortir de l’eau, de la noyade, autrement dit : « tu sauveras les hommes en les aidant à sortir du mal, du péché, tu les libéreras ». Être disciple de Jésus c’est annoncer la Bonne Nouvelle de l’Evangile et aussi sauver les hommes.

L’appel de Pierre est précédé par l’écoute de la parole proclamé par Jésus et par l’expérience de la pêche miraculeuse qu’ils venaient de vivre, lui et ses compagnons. Confiants à la parole de Jésus, Pierre et ses compagnons qui avaient passé toute une nuit de pêche infructueuse, avancent au large, jettent les filets pour prendre du poisson. À la vue du miracle, Pierre et ses compagnons sont pris d’effroi. « Seigneur éloigne-toi de moi, car je suis un homme pécheur », déclare Pierre (Voir également la 1ère lecture). Laissant tout, Pierre et ses compagnons vont se mettre à la suite de Jésus. Ils deviennent ses collaborateurs.

Comme Pierre, Jésus continue à appeler, pour les associer à sa mission, les hommes et les femmes de notre monde. Il a besoin des disciples-missionnaires. À l’exemple de Pierre, faisons lui confiance, jetons les filets. Et pour que la pêche soit miraculeuse, gardons notre foi en lui. Saint Paul, dans la 2ème lecture, nous raffermit dans cette expérience des disciples-missionnaires lorsqu’il affirme : « Ce que je suis, je le suis par la grâce de Dieu, et sa grâce venant à moi n’a pas été stérile ». La foi en Celui qui envoie, voilà ce qui soutient la mission du disciple.

Philibert Kiabelo

Les commentaires sont fermés.

WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :