Dimanche des Rameaux et de la Passion / C

Rameaux-Passion C

« Dans la joie et dans la peine »

En ce dimanche des Rameaux, dimanche d’ouverture de la Semaine Sainte, nous commémorons deux événements : l’entrée triomphale de Jésus à Jérusalem (dans la joie) et sa Passion (dans la peine). Dans la joie, dans la louange, Jésus est accueilli comme roi et comme Messie par les foules à son entrée à Jérusalem. Il y fait une joyeuse entrée. Il n’hésite pas à monter sur un âne pour la circonstance. Quelques jours après, il y trouvera la mort. Ainsi, nous débutons la célébration d’aujourd’hui dans la joie avec la bénédiction des rameaux et la procession, nous lirons dans la suite l’évangile de sa Passion qui nous rappelle ses souffrances.

Pourquoi commémorer les deux événements dans la même célébration ? Qu’est ce qui unit ces deux moments : l’entrée triomphale, royale, messianique et la Passion ? Y a-t-il un lien ? Ces deux événements sont liés intimement, car l’entrée à Jérusalem marque l’entrée dans le drame de la passion. Ce qui est clamé, dit à haute voix par les foules, à l’entrée de Jérusalem se réalisera à la croix. Celui qui est accueilli comme roi, à son entrée, aura dans la suite une couronne d’épines et la Croix pour trône. C’est à la Croix qu’il sera intronisé roi. C’est pour vivre sa Passion qu’il y arrive : « son heure est venue ».

L’arrivée de Jésus à Jérusalem traduit sa libre décision d’accepter sa Passion. « Il s’est abaissé lui-même en devenant obéissant jusqu’à mourir sur la Croix ». C’est donc librement et par amour pour les hommes que Jésus a choisi de vivre sa Passion, de donner sa vie pour les sauver.

Modèle de don de soi pour les autres, Jésus, qui a pris notre condition humaine, a connu des moments de joie et des moments de peine. Rien de ce que l’homme peut vivre ne lui a échappé. Toutefois, dans les différentes situations qu’il a traversées, il a gardé la confiance à son Père. Jésus est resté confiant à son Père dans tout ce qu’il a vécu. Il nous propose ainsi un modèle dans la manière de traverser ce que la vie nous apporte : des moments de joie et des moments de peine. En effet, comme Jésus, les quotidiens de nos vies seront toujours émaillés de « dimanches de rameaux » et de « jours de passion ». Garder confiance en Dieu est le chemin qu’il nous indique, car pour Dieu « la mort » n’a jamais été le dernier mot.

Philibert Kiabelo

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :