28e dimanche du Temps ordinaire C ( Lc 17, 11-19)

Dire merci…

Comme dimanche dernier, l’évangile de ce dimanche aborde le thème de la foi. Si la foi nous porte souvent à formuler des demandes à Dieu, Jésus nous rappelle que dire merci à Dieu pour tout ce que nous recevons de lui est aussi importante pour notre vie de foi.

Dix lépreux vinrent à la rencontre de Jésus et lui crient : « maître prends pitié de nous ». Ils sont dix au départ. Ils adressent tous la même prière à Jésus. Cette première étape de leur démarche traduit la confiance qu’ils ont en Jésus-Christ. Le salut ne nous parvient-il pas grâce à la foi ? Les dix lépreux croient que Jésus peut les libérer de la lèpre, cette maladie, qualifiée d’impur et qui les exclue du reste des membres de leur communauté.

 Allez-vous montrer aux prêtres ». C’est la réponse de Jésus. Il leur donne sa parole. Jésus fait don de sa parole. Les destinataires sont libres de la mettre ou pas en pratique. Les dix lépreux vont se mettre en route, en réponse à la parole de Jésus. Ils mettent donc sa parole en pratique. En effet, la foi demande la mise en pratique de la parole de Dieu.

« En cours de route, ils furent purifiés ». L’attention accordée à la parole de Jésus a donné ses fruits. Les malades deviennent des hommes nouveaux après la mise en pratique de la parole de Jésus. Ils peuvent désormais commencer une vie nouvelle. La mise en pratique de la parole de Dieu transforme le croyant.

Le samaritain voyant qu’il était guéri, revint sur ses pas en glorifiant Dieu et rendit grâce à Jésus. Dans le groupe des dix, il y a un samaritain. Sa présence parmi les guéris traduit l’universalité du salut apporté par Jésus, même les non-juifs sont concernés. Cet étranger est seul à revenir, lui qui a ouvert ses yeux aux merveilles de Dieu. Il est seul, après la guérison, à rendre grâce, à glorifier Dieu. Il exprime sa gratitude face au don gratuit de Dieu par Jésus.

Ta foi t’a sauvé. Seule la foi du samaritain est évoquée par Jésus. En effet, il est le seul des dix à arriver au bout du parcours de la foi, à devenir un vrai disciple. Au bout de son itinéraire, il noue une relation personnelle avec Jésus. Il devient le disciple du maître à qui ils avaient, lui et ses compagnons adressé une prière de demande. La foi d’un vrai disciple, celle du samaritain, est celle qui sait formuler tant la prière de demande que celle d’action de grâce qui reconnaît la gratuité du salut accordé par Dieu.

Philibert Kiabelo

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :