5ème dimanche de Pâques A (Jn 14, 1-12)

Je suis « le chemin… »
Quel chemin pour notre vie ?

Une de nos premières préoccupations lorsque nous voulons nous déplacer d’un lieu à un autre est de chercher à savoir la direction et le chemin à prendre. Quelle que soit la voie par laquelle nous nous déplaçons : par route, par air, par eau, nous avons besoin de savoir « le chemin » à emprunter. Ne pas le savoir nous empêcherait d’arriver à notre destination ou à voyager avec assurance. L’importance de connaître le chemin est si nécessaire que nous recourrons à des moyens techniques pour nous aider. Pensons à la boussole, au GPS…

Notre vie est « un passage », nous sommes des pèlerins sur cette terre, comme on le dit couramment. Pèlerins, nous avons besoin de donner une orientation à notre existence. D’où cette interrogation : quel chemin pour notre vie ? En effet, notre existence dépend fortement du chemin que nous pouvons emprunter. Ainsi, après l’image du dimanche dernier, celle de la porte par laquelle il faut passer, Jésus utilise aujourd’hui l’image du chemin pour illustrer son rôle dans nos vies humaines. Il se présente à nous comme le chemin que nous, les humains, sommes appelés à prendre pour notre vie « ici et maintenant ».

Soulignons la radicalité des propos de Jésus. En effet, il ne se présente pas comme « un chemin », mais comme « le chemin ». Ce qui revient à dire que ne pas passer par ce chemin serait compromettant pour notre existence. Pour Jésus, c’est son chemin qui donne la vraie vie à l’homme et c’est ce chemin qui nous conduit à Dieu. Il demande pour cela que l’on garde confiance en lui (Vous croyez en Dieu, croyez aussi en moi).

Nous vivons aujourd’hui dans un contexte de pluralisme religieux, habité par une diversité de croyances et de propositions de sens. C’est donc dans ce contexte que le message de Jésus, « le Chemin, la Vérité et la Vie vient nous rejoindre ». Comment apprécier ces paroles dans notre contexte actuel ? Rappelons-nous qu’à ceux qui lui avaient demandé des précisions sur sa vie personnelle (Maître, où demeures-tu ?), il avait répondu : « Venez et voyez » (Jn 1, 38-39). Autrement dit, pour apprécier ce qu’apporte le chemin de Jésus, il convient de faire l’expérience de demeurer avec lui.

Jésus se présente comme le chemin à suivre, car il est la manifestation de Dieu au milieu des hommes. « Qui me voit, voit le Père ». Sa manière de vivre nous a révélé ce que l’on trouve sur son chemin : la paix du cœur, la joie, l’attention aux plus faibles, la justice, la miséricorde…

Philibert Kiabelo

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :