Fête du Saint Sacrement du Corps et du Sang du Christ


Fête du don

Après plusieurs dimanches sans célébrations communautaires, nous voici enfin de nouveau réunis pour prier ensemble. Grande est notre joie de nous retrouver en communauté, bien que nous soyons tenus, et nous en sommes conscients, de garder constamment des mesures de sécurité sanitaire. Nous sommes heureux de nous retrouver, car comme l’écrit Saint Paul dans la deuxième lecture de ce jour : « la multitude que nous sommes est un seul corps ».

Notre retour à l’église, se fait aujourd’hui en la fête du Saint Sacrement du Corps et du Sang du Christ, où le geste du don est mis en valeur. En effet, en instituant le sacrement de l’eucharistie à la dernière Cène, Jésus a posé des gestes et a prononcé des paroles qui traduisent le don, l’ouverture, le don de soi. Il prit du pain, il prit du vin, il le leur donna en disant : « prenez.. » Le sacrement de l’eucharistie est le sacrement par excellence du don. Il traduit un double don. Par le premier, Jésus, l’agneau de la nouvelle alliance offre sa personne et sa vie pour le salut de l’humanité. L’eucharistie perpétue le sacrifice de Jésus à la croix. Par le second, Jésus, dans l’eucharistie, se donne aux hommes et aux femmes de notre monde. Il les fait participer à son sacrifice.

« Prenez, ceci est mon corps ». Jésus nous invite, par cette parole, à le recevoir, à l’associer dans notre vie, à faire de lui un frère, un ami… En effet, le corps dans le langage utilisé par Jésus ne traduit pas la chair humaine, mais la personne tout entière. Lieu par excellence du don d’une vie, l’eucharistie est le lieu où Jésus se donne de manière particulière à chacun de nous, nous fait communier à sa vie. « Qui mange ma chair et boit mon sang, demeure en moi et moi je demeure en lui », nous dit-il dans l’évangile.

À l’invitation de Jésus de le recevoir, notre réponse est attendue.  Quelle réponse face au don de Dieu ? Souhaitons-nous mener notre vie avec lui, en lui ou sans lui ? Jésus a toutefois promis son soutien indéfectible à toute personne qui l’accueille ou qui s’ouvre à lui (« Je serai avec vous jusqu’à la fin de Temps »).

En plus de la réponse attendue, Jésus dans l’eucharistie, se donne à nous come modèle du don. En effet, l’eucharistie traduit la manière d’être et d’agir de Dieu : Dieu se donne et donne. Notre vie en société ne peut tenir que s’il y a des hommes et des femmes qui peuvent se donner jusqu’à compromettre leur vie, autrement dit s’il y a de l’amour désintéressé, comme l’a fait Jésus. Les événements que nous avons vécus avec la pandémie ou que sommes en train de vivre nous l’ont davantage illustré. C’est grâce à toutes ces personnes qui ont travaillé ou qui sont en train de travailler avec le risque réel de perdre leur vie que nous sommes en train de nous en sortir pour combattre ce mal qui s’abat sur notre planète. Nous avons senti, plus qu’autrefois, que personne ne peut vivre sans les autres. Plus qu’autrefois notre société a besoin de solidarité, des gestes désintéressés…

Philibert Kiabelo

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :