27e dimanche du Temps ordinaire / A (Mt 21, 33-43)

 

Des vignerons qui ratent leur mission
 

Nous sommes à notre troisième dimanche de méditation sur la vigne. Portons notre attention sur quelques points du texte d’aujourd’hui.

 Le propriétaire. C’est lui-même qui a planté la vigne qui se trouve dans son domaine. Cette vigne, dont il attend des fruits, compte beaucoup pour lui. Il l’a fait protéger par une clôture et une tour de garde.  Ce maître représente la personne de Dieu, comme nous l’avons vu dans les textes évangéliques précédents. Dieu maître de l’univers et de son peuple.

La vigne. Bien qu’elle représente en premier lieu le peuple de Dieu : Israël à l’époque (cfr 1ère lecture) et le peuple de la Nouvelle Alliance aujourd’hui, la vigne c’est aussi chacun de nous. Le désir du maître de la vigne est de recevoir les fruits de la vigne. Autrement dit, Dieu attend des fruits de la communauté des croyants et de chacun de ses membres. Cela en travaillant pour l’avènement de son Royaume, en adoptant ses valeurs : la justice, la paix, la miséricorde… (cfr 2ème lecture). L’avènement du Royaume de Dieu est le produit de la vigne attendu par Dieu.

Les vignerons. Ceux à qui le maître a confié le fermage. Ils ont la tâche de s’occuper de la production de la vigne.  Ils sont des gestionnaires et non des maîtres-propriétaires. Ainsi ils devront rendre compte de la production de la vigne et présenter le produit à son propriétaire. Les vignerons représentent en premier lieu, dans le texte, les grands prêtres et les anciens du peuple, les chefs religieux. Mais chacun de nous est aussi vigneron, car nous avons la responsabilité de nos vies, de notre communauté des croyants et du monde qui sont des dons reçus de Dieu. L’encyclique « Laudato si » nous rappelle notre responsabilité sur le monde.

Les envoyés du maître (des serviteurs, son fils). Ce sont des nouveaux personnages dans notre récit sur la vigne. Ils ont la tâche de représenter le propriétaire auprès des vignerons et de recevoir le produit de la vigne. Le maître n’aborde plus lui-même les ouvriers, comme précédemment (va travailler à ma vigne). Dieu ne communique pas toujours directement avec les hommes. Il passe aussi par des intermédiaires. Dans l’évangile, aucun envoyé n’a été accueilli. Soyons attentifs et ouverts à tous ceux et celles que Dieu peut mettre sur nos chemin pour nous apporter son message.

Nous aurons son héritage. Une parole des vignerons. Ces derniers refusent de remettre au maître ce qui lui revient. Ils veulent devenir des propriétaires de ce qui ne leur appartient pas : le domaine et la vigne du maître. Ils vont pour cela recourir aux meurtres. Ils ratent leur mission d’ouvriers à la vigne du maître. Prendre la place de Dieu, le désir d’être maître du monde ou de sa vie, en écartant Dieu, est une tentation qui guette l’homme de tous les temps et de tous les lieux.  Dieu attend de l’homme une collaboration à son œuvre.                                                                     
Philibert Kiabelo

 

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :