Cultes : une demande en attente

Toutes confessions confondues, des voix se font de plus en plus entendre dans la rue, sous forme de pétitions mais aussi dans les coulisses du ministère de la Justice qui est responsable des cultes. Ceci afin d’assouplir la jauge de 15 personnes dans les lieux en fonction de leur taille. Les évêques confirment avoir adressé une lettre allant dans ce sens à leur ministre de tutelle et au Premier ministre.

ll s’agit donc d’une nouvelle lettre, adressée par les chefs des différents cultes en vue des mesures qui seront présentées par le  comité de concertation de ce vendredi 26 février.  Ils demandent une fois de plus (voir Les cultes veulent plus de dialogue et d’adaptation) de revoir la jauge de 15 personnes en fonction de la taille des édifices. Tommy Scholtes explique qu’ils rappellent d’abord que beaucoup de personnes vivent la situation actuelle comme une difficulté. « Tant les chefs de cultes que les pratiquants ont besoin de perspective », dit-il.

Même s’il n’y a pas eu de communiqué officiel sur le sujet, les évêques ne restent pas les bras croisés. « Il y a des rencontres par zoom avec le ministre responsable des cultes, Vincent Van Quickenborne (MR). Nous essayons que tout le monde soit aligné même si ce n’est pas facile de parler d’une seule voix. Les chefs de cultes demandent en tout cas de pouvoir faire partie du débat. En ce qui concerne l’Église catholique, nous assurons une présence effective auprès du ministre ; côté francophone, Mgr Harpigny veille à être présent. »

Les chefs de culte demandent donc que les mesures soient revues pour le 25 mars. Leur souhait : en fonction de la taille des édifices, que les célébrations puissent accueillir jusqu’à cent personnes. La requête des évêques va donc dans le sens de la demande du mouvement « Libérez nos cultes », à savoir « revenir à un protocole sanitaire plus juste » mais, précise Tommy Scholtes, « nous ne voulons pas apparaître comme ceux qui savent mieux que les autres. Nous voulons être solidaires et voir quels sont les assouplissements possibles. »

Pourquoi le 25 mars ? « Tout d’abord il est sans doute encore trop tôt pour envisager d’élever la jauge de 15 personnes et d’autre part c’est juste avant la Pâque juive et la fête de Pâques chrétienne ». Tommy Scholtes explique que, tant que chiffres ne sont pas franchement à la baisse, il n’est pas question de demander une exception. « Comparé aux secteurs de l’Horeca et culturel, nous avons la chance que les églises ne soient pas fermées ; on peut célébrer mais avec peu de monde ».

Les évêques et tous les chefs de culte espèrent donc être entendus et, bien sûr, que la situation sanitaire s’améliore.

Nancy Goethals / CathoBel / 25 février 2021

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

WordPress.com.

Retour en haut ↑

<span>%d</span> blogueurs aiment cette page :