Histoire du village de Biez.

Ce village est bâti sur le sommet d’une colline (d’où l’origine du nom : Berk ou Berck en 1213, c’est-à-dire montagne) dont le pied est baigné de trois ruisseaux : le Piétrebais, le Train et le ry de Hèze. Il comprend deux hameaux : Coqueroux (en 1197, Cokerul) et La Sarte à Sart-Biez.

En 1374, on comptait 55 ménages ; en 1464, 54 foyers ; en 1492, 39 foyers ; en 1666, 150 communiants ; en 1709, 113 habitants; en 1784, 295 habitants; en 1856, 661 habitants. La fièvre de l’émigration vers le Wisconsin, dans les années 1853-1856, s’empara des villageois. Fait remarquable : il y avait à Biez une petite communauté de protestants et un temple. Le pasteur desservait également la communauté de Sint-Joris-Weert.  Lorsqu’il décida d’émigrer, une partie de ses ouailles le suivirent. Dans ceux qui restèrent, il y avait Etienne LECAPITAINE et Pierre HANNON qui habitaient à proximité du temple situé au bas de la rue du Beau Site.

Jusqu’au XIVe siècle, Biez était un alleu appartenant à l’Eglise de Liège. Celle-ci le vendit en 1311 au chevalier Rodolphe de Grez. Depuis lors, Biez est toujours resté dans le domaine des différents seigneurs de Grez.

Du point de vue industriel, le moulin du Pirroir existait depuis des temps immémoriaux. Ce moulin était activé par le Train au moyen de deux roues. Celles-ci commandaient deux paires de meules à farine et une batterie de chanvre. Un autre moulin à farine, situé près de Chapelle-Saint-Laurent et portant ce nom, était actionné par le Piétrebais. Une donation faite à l’abbaye d’Aulne, en 1182, atteste de l’existence de ce moulin au XIIe siècle.   Il y eut également au XIXe une trituration de chicorée. Mais la plus importante industrie resta l’extraction de la craie (voir Grez) qui servait essentiellement à amender les terres de culture.

L’église de Biez est dédiée à saint Martin. La chapelle de Cocrou est sous le patronat de saint Sébastien ; jusque dans les années 90, on y disait la messe certains jours de l’année.

Les registres paroissiaux de Biez remontent au 14 février 1616.

Les habitants de Hèze, hameau de Grez, sont pourtant paroissiens de Biez d’où problème posé aux généalogistes : les gens de Hèze sont inscrits dans les registres paroissiaux de Biez et à l’Etat civil de Grez-Doiceau.

Extrait du site : http://www.netradyle.be/index.htm

Centre d’Histoire et de Généalogie Netradyle à Tourinnes-la-Grosse.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :